Meilleures ventes

Fabricants

Nouveaux produits

Promotions

Aucun produit en promotion en ce moment.

Faut-il suivre les tendances vestimentaires ?

Publié le : 24/05/2017 16:17:06
Catégories : Style Rss feed

La mode vs l'élégance

Les partisans de l’élégance et ceux de la mode se regardent en chiens de faïence et semblent irréconciliables. Les uns prennent les autres pour des personnes sans cervelle qui suivent les normes sans se poser de question. Quant aux élégants, ils sont considérés comme des has-been par les amateurs de mode.

Qui a raison ? La mode vaut-elle qu’on la suive ? Pour trancher le débat, il faut d’abord revenir aux origines des termes « mode » et « élégance ».

Mode vs élégance, un débat sans fin

Ceux qui suivent les modes s’opposent à ceux qui recherchent l’élégance sur le rapport au temps. La mode passe. Elle est fugace et procède par cycle, alors que le style, lui, semble éternel. C’est Yves Saint-Laurent qui a parfaitement mis cela en mot : « La mode passe, le style reste ».

La deuxième opposition est sur la qualité des pièces. Ce qui relève de la mode est en général de piètre qualité, alors que les vrais élégants portent des pièces qui traversent les époques, donc qui sont de bonne qualité. Conférer la célèbre phrase de Giorgio Armani : « La différence entre le style et la mode est la qualité ». Toutefois, le débat est un peu plus compliqué que cela.

La mode est un phénomène cyclique…

La phrase d’Armani est facilement démontable : les cravates Yves Saint-Laurent des années 90, celles avec des lapins et des canards, sont de bonne qualité, mais ont très mal vieilli. Elles étaient à la mode, mais ne le sont plus. Comme pour la phrase de Saint-Laurent, cet argument met en lumière que la mode est cyclique.

En général, on considère que les modes suivent un cycle de 30 ans. En terme de haute couture par exemple, les vestes à boutons très bas, à revers slim et à cran placé au milieu de la poitrine devraient ressortir d’ici peu. Regardez une photo de Richard Gere dans les années 80 et vous comprendrez vite.

… Toutefois, l’élégance aussi

Comparez un costume Yves-Saint-Laurent dessiné par Heidi Slimane dans les années 2010 et le costume de Cary Grant dans « La Mort aux Trousses » d’Alfred Hitchock. Ne voyez-vous pas un point commun ? La largeur des revers bien sûr !

Dans les années 60, ils étaient plutôt étroits. Dans les années 70, les revers étaient démesurément grands et ils ont magiquement rétréci dans les années 80. Voici une preuve que la cyclicité n’est pas uniquement l’apanage de la mode.

Revers larges traversent les âges

Alors quelle est la position à adopter ?

Tout dépend de votre rapport à l’identité. C’est une question profonde à laquelle vous êtes les seuls à pouvoir répondre. Certaines personnes sont comme des serpents. Chaque saison, ils doivent changer de peau. Et donc de garde-robe.

D’autres sont à la recherche de la persistance, de l’immuable. Cette forme de stabilité, d’éternel, les rassure. Ils vont donc naturellement se tourner vers des pièces qui vont se charger d’histoire au fur et à mesure des années. 

Damien Rothen

par Damien Rothen, fondateur de Gentilhomme.ch

Articles en relation

Partager ce contenu