Dossier : l’histoire du coupe-chou

Publié le : 01/02/2017 14:26:14
Catégories : Grooming Rss feed

Rasoir sabre ou coupe-choux

Le coupe-chou, ou « sabre droit » est le rasoir le plus noble, mais aussi le plus compliqué à manier. Passer d’un rasoir à cartouche à un rasoir droit est un signe fort qui marque une volonté de retour aux traditions.

Le rasoir droit est utilisé depuis des siècles, même si sa forme a légèrement évolué au cours de l’histoire. Découvrons ensemble l’histoire de cet instrument banal, mais au combien important !

L’histoire du coupe-chou se confond avec celle de l’humanité

La nécessité de se raser est apparue très tôt. Toutefois, les instruments manquaient. Avant l’âge de fer, il fallait faire brûler ses cheveux ou sa barbe pour en réduire le volume. La technique du feu peut paraître barbare, mais il existe des coiffeurs qui l’utilisent encore, preuve qu’elle n’est pas totalement stupide.

La découverte du fer en 3.000 av. J.-C. a tout changé. Le rasoir est donc né à cette époque. Le musée de l’âge de fer de Charleville-Mézières, par exemple, fait état d’un rasoir en bronze qui date de cette période. Jusqu’au XVIIème, le rasoir ressemble plus à un hachoir qu’à un véritable coupe-chou.

L'ancêtre du rasoir

Rasoir en bronze datant de l’âge de fer    Source: http://coupechoux.com/

Le rasoir comme instrument de travail sous l’Ancien Régime

Au Moyen-Âge, la profession de barbier était très répandue. Être barbier signifiait occuper un statut social à part entière. Non seulement la profession était protégée par le système des corporations, mais elle avait une dénomination très large.

Jusqu’à l’Ancien Régime, le barbier était celui qui rasait, qui coiffait, mais aussi celui qui pratiquait des saignées et qui arrachait les dents... des gens du Tiers-Etat. Il était donc aussi, en quelque sorte, le médecin du peuple. Le rasoir, comme le stéthoscope à l’heure actuelle, était le symbole d’un statut social. 

Le Dandy Thiers Issard - Rasoirs fait main en France

Le Dandy - Rasoir sabre fabriqué à la main dans le respect des traditions par la société Thiers-Issard en France depuis 1884.

Le succès du sabre au XIXème siècle

Le coupe-chou apparaît au XVIIème en Angleterre. C’est la première fois que l’on rencontre une lame sur un manche spécifique. Néanmoins, il faudra attendre le XIXème pour que voit le jour un système de lame pliable s’enchâssant dans un manche évidé.

À cette époque, le coupe-chou est appelé « sabre ». Il rencontre un très large succès. On le trouve décliné dans toutes les formes et dans toutes les matières afin que chaque couche de la société puisse s’en procurer un. 

La production de masse et le déclin du coupe-chou

Avec l’apparition des lames jetables à la toute fin du XIXème, le coupe-chou tombe peu à peu en désuétude. Le rasoir de sûreté, puis le rasoir à cartouche viennent jeter le voile sur cet instrument dont l’origine remonte à la nuit des temps. Malgré tout, jusque dans les années 1960, offrir un rasoir à son fils était un geste fort.

Ces derniers temps, on note un regain d’intérêt pour le coupe-chou. Retour aux traditions, geste écologique, volonté d’avoir un objet qui dure et que l’on puisse transmettre : les raisons sont nombreuses. Quoi qu’il en soit, le coupe-chou n’est pas mort.

Damien Rothen

par Damien Rothen, fondateur de Gentilhomme.ch

Produits associés

Articles en relation

Partager ce contenu