Meilleures ventes

Fabricants

Promotions

Aucun produit en promotion en ce moment.

Comment évaluer la qualité d’un vêtement ?

Publié le : 01/05/2017 13:08:57
Catégories : Style Rss feed

Evaluer la qualité d'un vêtement

On a l’habitude de dire : « pour avoir un vêtement de qualité, il faut y mettre le prix ». C’est vrai. Mais l’inverse ne l’est pas forcément. Ce n’est pas parce qu’un vêtement est cher qu’il est de bonne qualité. Alors, comment s’y retrouver ?

Le seul conseil valable est : fiez-vous à vos yeux et à vos doigts. Ne croyez jamais le vendeur. Ne faites jamais confiance à la marque du vêtement et encore moins à l’étiquette du prix. Voici quelques conseils pour être certain de bien acheter.

De quoi parle-t-on lorsque l’on évoque la qualité d’un vêtement ?

Quand on parle de qualité, il y a en réalité deux choses à vérifier : le tissu et la construction du vêtement. La qualité du tissu fait une énorme différence quand on achète des vêtements d’entrée de gamme. Dans de tels cas, on constatera que le vêtement tient très mal la distance après plusieurs lavages. Entre un costume en polyester à 200 CHF et un costume en tissu Dormeuil à 800 CHF, la différence sera énorme. On a donc avantage à y mettre le prix, par contre de tels produits ne sont pas à la portée de toutes les bourses. Il convient donc de trouver le meilleur rapport qualité/prix.

La construction est un peu plus compliquée à évaluer. Repérer un costume entoilé ou semi-entoilé demande un peu de culture. Dites-vous bien qu’une doublure thermocollée se décollera au fur et à mesure du temps et le costume aura l’air de gondoler.

Costume entoilé ou semi-entoilé, un gage de qualité certain

Costume entoilé ou semi-entoilé, un gage certain de qualité

Méfiez-vous des grandes enseignes

Quand vous achetez un costume ou une chemise dans une grande enseigne de luxe, la majorité du prix revient au designer et ne reflète en aucun cas la qualité de la pièce. Une fois le designer payé, la différence sera attribuée à la construction du vêtement. C’est pour cela que la production est délocalisée.

Ces enseignes ont une production très inégale. Des marques comme Ralph Lauren proposent des pièces de très bonne qualité… à condition de les prendre dans les meilleures gammes : Purple ou Black Label pour Ralph Lauren. Les autres gammes sont de mauvaise qualité et très chères.

Il est très fréquent qu'une grande enseigne propose des vêtements de mauvaise qualité. Voici des indicateurs qui doivent vous pousser à fuir et de n'acheter sous aucun prétexte.

  • Mauvaises finitions: on aperçoit des imprécisions au revers des coutures
  • Eléments de basse qualité: éviter les boutons en plastique bas de gamme
  • Doublure thermocollée: le tissu forme des plis et le tombé du vêtement n'est pas bon, effet chifonné

Les costumes thermocollés - mauvaise qualité

La doublure thermocollée, ennemie de l'élégance masculine (source http://leblogdemonsieur.com)

Regardez la composition du tissu

Un vendeur qui vous dit qu’une chemise est en coton, alors qu’elle est en réalité 80 % de coton et 20 % de polyester est un escroc. Une chemise en coton est une chemise en coton. Point barre. Regardez donc l’étiquette et ne privilégiez que les matières nobles.

Pour avoir un ordre d’idée, une chemise à moins de 40 CHF ne sera jamais en pur coton. Par contre, dès que l’on monte à 80 CHF, le tissu sera de très bonne qualité. Ce dernier fait une énorme différence au niveau de la solidité, du drapé et de la longévité de la pièce.

Apprenez à repérer les détails

La différence entre une chemise à 80 CHF et à 400 CHF ne se fera pas au niveau du tissu, mais du nombre d’heures que l’ouvrier a passé pour finaliser les détails. Il y a moins de différence entre une chemise à 400 CHF et une autre à 100 CHF qu’entre une chemise à 40 CHF et une autre à 80 CHF.

Sur des chemises haut de gamme, à plus de 200 CHF, beaucoup de détails comme les boutonnières sont faites à la main. Il en résulte une certaine irrégularité qui fait le bonheur des Italiens par exemple. Méfiez-vous de ce qui est trop parfait. Bien souvent, c’est le signe d’un travail à la machine.

Damien Rothen

par Damien Rothen, fondateur de Gentilhomme.ch

Partager ce contenu